fbpx

L’hypnose pour travailler sur un deuil ou une rupture

L'hypnose pour travailler sur un deuil ou une rupture

Oui c'est difficile, non il ne suffit pas d'arrêter d'y penser !

Avant d’avoir enfin fait son deuil : c’est difficile. Que l’on fasse le deuil d’une personne chère, d’une relation ou d’un projet, la palette émotionnelle à notre disposition est loin d’être la plus agréable. Nous passons par le choc, la tristesse, parfois la colère, et, bien souvent, espèce déprime ambiante[1]. À ce moment-là, on peut avoir l’impression que ça ne s’arrêtera jamais…

Alors, on nous conseille de ne plus y penser, de « passer à autre chose », de se concentrer sur le présent et sur le futur. Parfois, ça fonctionne, parfois, c’est plus difficile qu’on aurait pu l’imaginer. Parce qu’il n’y a rien à comprendre au fond. Le travail de deuil ne se fait pas en réfléchissant, en se disant qu’il faut penser au futur. 

Comment le deuil se fait-il ?

Le deuil se fait, certes, avec le temps. Mais surtout, il se fait grâce à des expériences, c’est pourquoi, depuis toujours, nous faisons des rituels et des cérémonies de deuil : nous fabriquons des expériences qui nous permettent d’accepter, de dire adieu, d’être entendu, de libérer nos émotions…

Construire des expériences facilitant le deuil

Avec l’hypnose, nous pouvons recréer les processus de ces rituels qui permettent de faire ou d’achever le travail de deuil (comme le montre ce travail[2]). Nous pouvons aussi favoriser les conditions internes permettant de mieux vivre cette perte.

L’hypnose vous permettra de vivre les émotions qui ont besoin d’être vécues, elle permettra aussi de procurer de l’apaisement afin de pouvoir se ressourcer avant de dépasser cette étape de vie compliquée. Parfois, l’hypnose permet également de changer la perception de que nous avons de cette épreuve.

Une fois tout cela fait, on retrouve petit à petit la joie, on se ressource, on se réoriente vers le futur, on n’y pense de moins en moins : mais on n’oublie pas ! Au contraire, c’est souvent à partir de là qu’on peut repenser aux bons moments avec le sourire.

Si vous sentez qu’il est temps de commencer à passer à autre chose, que vous avez besoin de vous faire accompagner pour cette étape, vous pouvez prendre rendez-vous avec moi en cliquant sur le bouton ci-dessous. 

[1] Je vous passe le couplet habituel sur les cinq étapes du deuil selon le modèle Kübler-Ross : c’est tout simplement une grosse bêtise dont on peine encore à comprendre pourquoi elle est devenue si populaire jusque dans les milieux psychiatriques. Vous êtes plus complexe qu’un petit modèle en cinq étapes (et c’est tant mieux !)

[2] Jean-Sébastien Leplus-Habeneck, « Fonction rituelle de l’hypnose dans le suivi de troubles du deuil persistant », thèse de doctorat, Université Bourgogne Franche-Comté, 2017.

Tous droits réservés cet article est la propriété d’Élie Pralat.
Paris 15